Après une année d’enseignement du français auprès d’un public étranger de niveaux primaire et collège, puis un master en sciences du langage, mon travail de thèse traite de la mise en catégorie de l’enfance et de l’enfance en danger d’un point de vue sociolinguistique. Je m’intéresse aux discours portant sur l’enfance dite en danger et aux processus de socialisation langagière au sein d’une Maison d’Enfants à Caractère Social (MECS), en appréhendant cette structure comme nouveau lieu de socialisation, pour des enfants « extraits » de la cellule familiale.

Titre provisoire de la thèse

« Le bruit des enfants » : socialisations langagières en Maison d’Enfants à Caractère Social

  • Inscrit depuis Septembre 2020,
  • sous la direction de Cécile Canut (Université de Paris – CERLIS) et de Patricia Lambert (ENS Lyon – ICAR).

Projet de thèse

Cette recherche vise à questionner la notion d’enfance et les relations de pouvoir entre adultes et enfants, à travers une étude du processus de socialisation langagière d’enfants considérés « en danger » au sein d’une Maison d’Enfants à Caractère Social (MECS). En mettant en regard des discours circulant au sein de cette structure et des interactions y ayant lieu, ce travail de thèse a pour enjeu d’aborder la question du rôle du langage dans la naturalisation d’une catégorie sociale et de rapports de pouvoir, ainsi que dans la construction d’inégalités sociales. Il s’agit en fait de s’intéresser au processus de socialisation langagière, en tant qu’il est le lieu de constructions, légitimations, ou remises en cause de catégories sociales. Cette étude permet de questionner et d’apporter un éclairage nouveau sur la façon dont des rapports de pouvoir peuvent s’imbriquer, et vise à montrer comment cela se traduit en interaction et en discours, à travers une étude de l’émergence des subjectivités et des positionnements discursifs et méta-discursifs des enfants à propos du monde social qui les entoure et de leurs propres positions sociales.
Ce travail se base sur une enquête ethnographique à visée participative au sein d’une MECS, qui se nourrit autant d’observations contextualisées de pratiques langagières et d’interactions entre les résident·es de cette structure, que d’entretiens et d’ateliers avec ces mêmes participant·es.

Thèmes de recherche
  • Enfance, enfance en danger et minorité
  • Domination adulte
  • Socialisation langagière
  • Discours et subjectivité
  • Silence/silenciation
Formation
  • Licence – Sciences du langage (Paris 5)
  • Master 1 – Langage, Langues, Textes et Sociétés (Paris 3)
  • Master 2 – Signes, Discours et Société (Paris 5)