Après une première vie dédiée au journalisme (notamment au Monde de l’Éducation), Diane Galbaud se consacre désormais à la recherche et à la communication scientifique. Elle mène une thèse en sciences de l’éducation sous la direction de Rebecca Rogers (université Paris Descartes) depuis octobre 2016. Revisitant l’histoire de la Shoah et du travail social, cette recherche bénéficie du soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Titre provisoire de la thèse

Revisiter l'histoire de la Shoah à travers l’itinéraire d'une femme, Lucie Chevalley

Projet de thèse

La thèse porte sur Lucie Chevalley (1882-1979), qui a cofondé en 1924 le Service social d’aide aux émigrants (SSAÉ) et l’a présidé de 1932 à 1964. Dissoute en 2005, cette association venait en aide aux réfugiés et travailleurs immigrés. Pendant l’Occupation, Lucie Chevalley a poursuivi ses activités à la tête du SSAÉ, en coopérant avec le régime de Vichy. Mais en parallèle, elle a créé une association clandestine qui a organisé le sauvetage d’enfants et d’adultes juifs en les cachant. À ce titre, Lucie Chevalley s’est vu décerner, à titre posthume en 1993, la distinction de « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem.

L’étude de son parcours permet d’éclairer les actions et les stratégies des femmes intervenant dans le secteur social et humanitaire durant cette période. Ces travailleuses sociales sont devenues les témoins directs des persécutions des juifs, notamment dans les camps d’internement. Un certain nombre d’entre elles ont choisi de mener des missions clandestines de sauvetage des juifs, tout en gardant leurs fonctions officielles, à l’instar de Lucie Chevalley. Cette thèse mettra en lumière ce paradoxe, en révélant la complexité des mécaniques d’action, entre coopération avec le régime de Vichy et dissidence secrète. L’approche microhistorique permettra d’analyser au plus près les comportements et les interactions de Lucie Chevalley avec ses différents interlocuteurs. Dans ce cadre, les données biographiques contribueront à mieux comprendre son positionnement face à la politique antisémite de Vichy.

Thèmes de recherche
  • Shoah
  • Travail social
  • Migrants
  • Féminisme
  • Protestantisme
  • Microhistoire
Publications
  • Diane Galbaud, « Nouveaux regards sur la Shoah », Sciences Humaines, n° 298, décembre 2017.
  • Diane Galbaud, « Comment aborder la Shoah en classe ? », Le Monde de l’Éducation, n° 333, février 2005.
Communications
  • Lucie Chevalley, l’audace personnelle sous tutelle protestante, journée d’étude des doctorants du CéSor (Centre d’études en sciences sociales du religieux) « Quand le fait religieux travaille les identités : discours, pratiques et représentations », EHESS, Paris, 29 juin 2018.
  • Lucie Chevalley : un “ausweis” providentiel pour venir en aide aux populations persécutées, colloque « Frontières. Circulations, vie quotidienne, illégalités (1939-1945) », université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 24 février 2018.
  • Revisiter l'histoire de la Shoah à travers la biographie d'une femme, Lucie Chevalley, séminaire des boursiers/jeunes chercheurs soutenus par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Mémorial de la Shoah et Institut historique allemand, Paris, 9-10 janvier 2018.
Formation
  • Master en sciences de l’éducation, université Paris 8 (2013)
  • Diplôme de l’École supérieure de journalisme de Lille (1991)
  • Licence de droit, université Paris 10 (1989)